20.2.15

Victor Hugo, la gloire d'écrire



Maison de Victor Hugo, Place des Vosges, photo©Odile Zeller

Victor Hugo
La gloire d'écrire

Victor Hugo, le célèbre et populaire écrivain français, a vécu dans cette maison de la place des Vosges, à Paris, de son retour d'exil jusqu'à sa mort. Né en 1802, il a su très vite qu'il serait "Chateaubriand ou rien". Poète, dramaturge, essayiste, monarchiste puis républicain engagé pour les droits de l'Homme, contre la peine des morts, que dire de lui qui n'ait déjà été dit ou publié ? Qu'il était aussi un grand illustrateur, très en avance sur son temps dans ses dessins fantastiques proches du surréalisme. La France célébra sa mort en 1885 par des funérailles nationales, où le peuple descendit massivement dans Paris pour un dernier adieu.

Son roman le plus connu, les Misérables, a inspiré notre deuxième jeu : écrire un texte, si possible un portrait en y introduisant les cinq mots suivants 
le louis, la charlotte, le marcel, le jules et la madeleine 

Bravo aux auteurs du feuilleton-marathon autour de Florentine! Vous pouvez encore écrire ! Et aujourd'hui à vos plumes pour ce logorallye !

Pour stimuler notre inspiration, je vous propose le portrait d'un gamin de Paris, dont le plus célèbre est bien sûr Gavroche :

" Ce petit être est joyeux, il ne mange pas tous les jours (...) il n'a pas de chemise sur le corps (...) pas de toit sur la tête, il est comme les mouches du ciel qui n'ont rien de cela. Il a de sept à treize ans, vit par bandes, bat le pavé, (...) court, guette, jure comme un damné et n'a rien de mauvais dans le cœur."
Victor Hugo Les Misérables Tome III Livre I Chapitre 1

A vos plumes!

Odile Zeller

7 commentaires:

  1. Martial Langlois est agriculteur, un vrai rural, un jules qui vit en marcel dès que les températures dépassent les 15° au thermomètre de sa cour. Il ne parle plus en louis mais pour les grosses sommes revient aux anciens francs. Il n'a jamais le sou et pas de compte en banque, quelques réserves cachées sous son matelas, pour le cas où. Il ne l'avouerait jamais mais pour se doucher au jet d'arrosage il enfile une charlotte, il déteste avoir de l'eau dans les oreilles. Sa passion va aux madeleines que les cousins de l'est lui offrent chaque été et qu'il conserve précieusement dans une boite en fer. S'il vous en offrait ce serait signe d'amitié, il les garde pour les grandes occasions avec un coulis de fruits rouges fait maison.

    RépondreSupprimer
  2. L'homme aurait pu être agriculteur mais il était historien.Grand amateur du Grand Siècle sa promenade favorite était le château de Versailles à tel point que sa famille le surnommait Monsieur Louis. Evidemment il savait que le XIV ème avait mené bien des guerres mais n'est-ce pas classique qu'un chef se prenne pour le dieu de la guerre connu sous le nom de Mars et dont les latins tirèrent " Marcellus" empereur. Décrépitude de la langue, aujourd'hui Marcellus est devenu Marcel que l'on fait précéder parfois de " Chauffe Marcel" interjection lancée à un accordéoniste par son chanteur. A Paris notre historien était pris de tristesse quand longeant la Conciergerie île de la Cité, il songeait à la Pompadour qui y fut internée avant de rendre son âme au peuple via la fine caresse de la guillotine.Il était heureux en revanche de l'acte de Charlotte Corday : assassiner l'assassin Marat qui se détendait dans sa baignoire...comme quoi il est préférable de prendre des douches. Il se lavait de ses crimes sans doute.Des crimes, des guerres, des conquêtes, des morts pour rien il y en eut toujours et ce n'est pas Jules César qui dira le contraire.
    Ave Cesar "Plumes d'ici et d'ailleurs" te couronnent pour le plaisir.
    Chanson et histoire réveillent en nous des souvenirs, des émotions et sont donc un peu notre petite Madeleine de Proust ( Marcel..tiens,)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce texte
      A bientot
      Plumes d'ici et d'ailleurs

      Supprimer
  3. Un marcel ! Mon Dieu ! Quelle horreur ! Un de ses sous vetements que portent les déménageurs et qui sentent ... Oh ! Un Jules vous me parlez de ... Ah oui mon fiancé, nous vivons chacun chez soi dans nos studios sur le même palier et prenons après la messe nous partageons un brunch moi des madeleines au the matcha Jean-Marcel plutot une charlotte aux poires ... Vous avez quelle heure mon IPad est déchargé et il faut que j'aille m'enquérir d'un louis d'or comme cadeau de communion, pour mon filleul, à la banque ... Je crains qu'ils aient que des Napoléon mais que voulez vous cher monsieur on fera contre mauvaise fortune bon cœur et oui ....

    RépondreSupprimer
  4. Si j'avais un marcel
    J'irai au Carroussel
    Dépenser tous mes louis
    Avec Jacques, Paul et Louis,
    Boire du vin, jouer les jules
    On serait noctambules
    A manger des charlottes
    Madeleines et gibelottes
    On aurait la belle vie
    C'est moi qui vous le dit

    Odile Zeller

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HONTE A MOI..MEA CULPA

      Actuellement en voyage chez des amis je parle de votre site..on regarde...et qu'est-ce que je vois..à propos des lignes sur l'ami Victor Hugo..j'ai écrit " Pompadour internée à la Conciergerie"
      ...grand dieu la maitresse de Louis 15 qu'une aberration de l'esprit m'a fait écrire au lieu de Marie Antoinette...que la royauté me pardonne et vous aussi. Merci;

      Supprimer
    2. Eh oui la plume dérape et la fiction s'emballe !
      La correction est faite ! L'article ne peut être corrige sauf à le réécrire
      Merci !

      Supprimer